L’Intelligence Economique pour des entreprises qui n’ont « rien à cacher » ?

Assurément ! C’est la vision de l’Intelligence Economique que je prône : une IE qui ne se limite pas aux seuls aspects défensifs du patrimoine informationnel des structures qui manipulent des données sensibles (secret des affaires, etc.) mais est aussi suffisamment agile pour détecter des opportunités dans l’environnement d’un hôtelier, d’un restaurateur ou d’un commerçant de quartier par exemple. Dans ces domaines comme dans les autres, la bataille est gagnée par ceux qui savent aller chercher l’information utile.

« Mais tout se sait », entend-on parfois dans certains milieux supposés restreints ou dans une ville-village comme Lyon. Or une grande leçon tirée de la pratique de l’IE est que même l’information la plus « ouverte » est parfois totalement ignorée des parties prenantes. La prime n’est pas forcément à celui qui découvre l’information la plus sensible et la plus rare possible. Elle est bien souvent à celui qui fait tout simplement l’effort de se pencher sur l’information immédiatement disponible. Ce n’est pas parce qu’il est facile de savoir que l’on sait effectivement, et la bonne intelligence économique est celle qui consiste à analyser attentivement ce que l’on croit savoir, à tirer parti de toutes les sources d’informations, même les moins conventionnelles.

C’est précisément là que l’IE a une carte à jouer ÷ elle est susceptible de souffler un vent de fraîcheur en matière d’approche de l’information là où certains secteurs sont aujourd’hui dominés par les pratiques en vogue dans le marketing, axées sur les données chiffrées de plus ou moins gros volumes. La gouvernance par le chiffre, par exemple dans l’hôtellerie, peut rapidement conduire à créer des points aveugles dans la gouvernance des établissements. Certes, c’est vraisemblablement l’approche la plus performante pour l’ajustement des prix et la gestion des revenus « au jour le jour ». Mais est-ce suffisant ?

Un hôtel qui ne se remplit plus à l’approche d’un congrès, une destination qui souffre d’un mouvement social qui affecte son attractivité, un achalandage qui varie subtilement… Ces éléments font la différence s’ils sont perçus, analysés et compris par les opérateurs, ce qui ne saurait passer par un travail sur les seules données chiffrées. L’humain a ici toute sa place, aussi bien en tant que source d’informations qu’au stade de l’analyse. La plus belle feuille de calcul du monde n’aurait jamais pu remplacer le travail de terrain qu’ont sollicité certains acteurs économiques pour comprendre et anticiper l’évolution du mouvement des Gilets jaunes, et ajuster leurs stratégies en conséquence. Et oui, quelques mots échangés ici ou là, un œil attentif porté à l’échiquier politique du pays… c’était déjà de l’Intelligence Economique. L’information était là, à portée de main, encore fallait-il se ménager la possibilité de la percevoir et c’est ce qu’un consultant peut apporter au moment d’élaborer la stratégie de management de l’information d’une structure.

Pour cela, la culture de l’IE est salutaire. Elle ajoute une dimension presque artistique et le sens de l’astuce propre au monde du renseignement pour d’une certaine manière « hacker » l’environnement informationnel et en tirer le meilleur parti, tandis que l’approche privilégiée par le marketing reste très scientifique et sectorisée. Alors oui, l’IE a aussi des choses à apporter aux entreprises qui « n’ont rien à cacher », mais qui pourraient demain vouloir garder secrètes leurs méthodes innovantes de capter de l’information utile partout où elle est.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.