Renseignement stratégique (due diligence, background check…)

Certaines décisions nécessitent un travail de renseignement ponctuel : c’est notamment le cas lorsque vous souhaitez entrer en relations d’affaires avec d’autres parties prenantes, obtenir une information spécifique pour éclairer une décision, constituer un dossier de base sur un sujet particulier avant d’envisager une Veille, etc.

Il est toujours recommandé et parfois même exigé par la réglementation d’accomplir des diligences raisonnables (due diligence) pour connaître vos futurs contractants et vous assurer de ne pas vous engager avec des acteurs dangereux pour votre activité ou votre réputation, malveillants, agissant dans l’illégalité ou en contradiction avec vos valeurs.

Ma formation en Droit privé/Sciences criminelles et Sciences politiques a éveillé ma sensibilité aux risques pénal et non-conventionnels qui menacent de plus en plus d’entreprises : blanchiment, corruption, financement du terrorisme ou des organisations criminelles, mais également risques pays (Afrique francophone/Europe), mouvements contestataires, etc.

Diligences raisonnables en vue d’une éventuelle association

Un client souhaitait s’assurer de la fiabilité d’un éventuel associé. En enquêtant, il a été découvert que la personne concernée apparaissait dans les listes de comptes suspects issues des « Panama papers » et qu’elle était à la tête de plusieurs sociétés aux activités invérifiables. De plus, l’activité en ligne de la personne ne correspondait pas à ses déclarations durant les négociations. Il projetait une activité dans une zone instable : nous avons découvert qu’il s’agissait très probablement d’exploiter l’un des circuits parallèles qui fleurissent dans la région concernée.

Nous avons tenté d’éclaircir plusieurs points d’ombre par téléphone puis lors d’un entretien dûment préparé : nos questions visaient, grâce aux techniques d’élicitation, à confirmer certaines de nos intuitions sans dévoiler nos inquiétudes suite aux découvertes faites en sources ouvertes.